Rechercher
  • Gilles Vigneau

Risque de change - Définir un flux de trésorerie



Gérer une entreprise n’est pas une mince tâche. Identifier les clients potentiels, puis les gagner; financer et développer la société; bref gérer efficacement un cycle d’exploitation du début à la fin. Il est frustrant de penser que la rentabilité de la société puisse être érodée par la volatilité des devises, surtout parce que le risque de change est gérable.

Le climat politique et économique dans lequel nous nous trouvons est plus incertain que jamais et ramène les mouvements de devises au premier plan. Il suffit de regarder les disparités entre les prévisions des banques pour les 12 prochains mois pour se convaincre que personne ne sait vraiment ce qui va se passer à court terme.

En fait, il est juste de dire que les marchés sont actuellement plus poussés par des événements politiques que les données économiques. Cependant, malgré ces incertitudes, de trop nombreuses entreprises considèrent leur risque de change à la fin du processus plutôt qu’au début. La stratégie de gestion doit être clair dès qu’une vente (un achat) à l’étranger est envisagée.

La gestion du risque de change n’est pas un moyen d’améliorer le flux financier de l’entreprise mais de le préserver afin de soutenir sa croissance. La spéculation est le jeu des hedge funds; pas de l’entreprise commerciale.

En ce sens, Trésorisques préconise une approche qui vise à doter l’entreprise d’un flux de trésorerie défini. Pour ce faire, nous cadrons le risque de change à l’intérieur d’une politique de gestion faite sur mesure.

Quelle que soit le mouvement des devises, cette politique permet de s’assurer que l’entreprise dispose des fonds pour répondre à ses obligations et, bien entendu, soutenir sa croissance dans la durée.

Trop d’entreprises assimilent la gestion des risques de devises uniquement à des instruments de couverture (option, contrat à terme, etc.), alors que l’utilisation de ces instruments n’est que la conséquence d’un processus de gestion des risques et non la gestion en elle-même.

Le verrouillage d’un taux de change futur via l’utilisation d’un contrat à terme, par exemple, à une incidence directe sur le prix du bien vendu et de sa rentabilité. L’utilisation de ces instruments doit donc être vue comme une approche tactique au sein du processus de détermination des prix de l’entreprise. Il est donc important de cadrer cette utilisation au sein d’une politique faite sur mesure car c'est la nature du cycle d'exploitation de l’entreprise qui détermine la sensibilité de sa rentabilité aux fluctuations des devises.

Les solutions aux risques de change ne se trouvent pas sur le marché des devises, mais premièrement dans l'analyse détaillée de ce qui fait la spécificité de votre entreprise: ses opérations. Le marché des devises est le même pour tout le monde, mais votre cycle d'exploitation est unique.

Souvent l'accent est mis sur les taux, mais les taux sont les mêmes pour tout le monde … Alors que l’on devrait réfléchir en terme de marge bénéficiaire ou plutôt sur comment se construit cette marge au sein du cycle d’exploitation de l’entreprise.

L'approche « bonne pour tous » en matière de gestion du risque de change est problématique ou, minimalement, non optimale.

C'est seulement sur la base de cette connaissance fine de l’exploitation que nous sommes en mesure d'offrir des conseils sur la gestion des risques de change en entreprise.

Le processus de gestion de risque de change est établi par rapport au contexte propre à l’entreprise afin que les décisions reflètent le processus de création de sa marge. Le contexte propre à l’entreprise doit être mis en relation avec celui des marchés mais, ultimement, la marge de l’entreprise est le facteur décisionnel prépondérant.

En fait, lorsque le taux de change se déplace en faveur de l’entreprise, il est fréquent, et tentant, d’anticiper que le mouvement favorable se poursuivra. Similairement, lorsque le taux de change se déplace contre l’entreprise, il est réconfortant de penser que la tendance s’inversera d’ici peu et que les pertes seront effacées. Un tel dilemme reflète un mauvais processus décisionnel, ou encore, son absence.

Être préparé et non réactif avec la mise en place d’une politique c’est gérer son exposition d’une façon organisée et structurée. La politique assure une protection contre les mouvements défavorables du marché tout en maintenant la flexibilité requise pour une utilisation optimale du cycle d’exploitation de l’entreprise.

Afin de réduire la vulnérabilité aux tendances à court terme et lisser l’impact du change sur le long terme, l’utilisation de produit de couverture doit se réaliser dans un processus intimement lié au cycle d’exploitation de l’entreprise; c’est dans ce lien que se développe son optimalité et c’est ce que doit générer un politique de gestion des risques.

Le gestionnaire en PME est bien équipé pour répondre aux opportunités d’affaires compliquées, l’intervention de Trésorisques lui permet de naviguer dans le change sur la base de repères solides et rentables.

#risquedechange, #FX, #exportation, #importation, #risquededevise, #gestionderisque

Télécharger PDF

#change #impact

Montréal, Québec, Canada

info@tresorisques.com                                        info@treasurisks.com

TRÉSORISQUES MC

TREASURISKS TM